Net2

 

Qui peut bien vous envoyer ce courrier… ?

 

‘Madame, Monsieur,

 

Attention, votre accès à internet a été utilisé pour commettre des faits, constatés par procès verbal, qui peuvent constituer une infraction pénale.

 

En effet, votre accès internet a été utilisé pour mettre à disposition, reproduire ou accéder à des œuvres culturelles protégées par un droit d’auteur. Cette situation rend possible leur consultation ou leur reproduction sans autorisation des personnes titulaires des droits. De telles consultations ou reproductions, appelées couramment « piratage », constituent un délit sanctionné par les tribunaux.

 

Cette utilisation a pu intervenir sans votre permission ou à votre insu, peut être même par un usager non averti. Mais dans tous les cas, en tant que titulaire de l’abonnement à internet, vous êtes légalement responsable de l’utilisation qui en est faite.

 

Vous devez en effet veiller à ce que cet accès ne fasse pas l’objet d’un usage frauduleux, en prenant toute précaution pour le sécuriser. C’est une obligation légale, sanctionnée par les tribunaux si elle n’est pas observée.’

 

Ce message, vous l’avez deviné, est celui que l’Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet) est susceptible de vous envoyer. Dans la suite du courrier :

 

Que vous reproche-t-on ?

 

On vous reproche un manquement à votre obligation de surveillance.

Ainsi, dans votre cas :

. Des agents assermentés ont constaté que le XXXXXX une ou plusieurs œuvres protégées étaient reproduites, consultées ou offertes en partage depuis l’accès à Internet correspondant à l’adresse IP n°XXXXXXXXX.

. Cette adresse avait été attribuée à ce moment par la société XXXXX, votre fournisseur d’accès à internet à [coordonnées]

 

Que risquez-vous ?

 

Si, en dépit de cette recommandation vous invitant à prendre, dans les meilleurs délais, toute mesure utile et faute de mettre en œuvre, de façon effective, un ou plusieurs moyens de sécurisation de votre accès à internet, de nouveaux manquements à votre obligation de surveillance venaient à être constatés, une contravention de négligence caractérisée pourrait être constituée à votre égard. Le juge judiciaire, saisi par l’Hadopi, pourrait alors prononcer une suspension de cet accès ainsi que, le cas échéant une peine d’amende.

 

Quels sont vos droits ?

 

Vous pouvez obtenir des précisions sur les œuvres consultées, offertes en partage ou reproduites à partir de votre accès internet, et le cas échéant, formuler des observations, en contactant l’Hadopi :

. par voie électronique en utilisant le formulaire accessible à l’adresse www.hadopi.fr ;

. par courrier postal, adressé à l’Hadopi, Commission de protection des droits, 4 rue du Texel 75014 PARIS, en utilisant le même formulaire ;

. par téléphone au  09 69 32 90 90 (appel non surtaxé).

 

Dans ce cas, vous devez obligatoirement rappeler le numéro de dossier mentionné au début de ce message.

 

Pourquoi protéger le droit des auteurs ?

 

Sous les apparences séduisantes de la gratuité, les pratiques qui ne respectent pas le droit des auteurs des œuvres privent en effet les créateurs de leur juste rétribution. Elles représentent un grave danger pour l’économie du secteur culturel et c’est la survie de la création artistique, sous toutes ses formes, qui est en cause. Pour mieux concilier les avantages d’internet et le respect de la création, nous vous rappelons que des services en ligne de plus en plus nombreux proposent aujourd’hui des offres légales attractives et respectueuses des droits des créateurs.

 

 

Le message se termine par quelques informations sur l’Hadopi et sur son rôle ainsi que des extraits du code de propriété intellectuelle et de la loi de 78 Informatique et libertés. A suivre une petite analyse que j’espère originale…

 

 

Photo 'Téléchargement' par Nicolas Richoffer/DR

 

Tag(s) : #Droit d'auteur